L’HISTOIRE D’ED.PINAUD

1830 PARIS

“Le parfum c’est le paradis des fleurs disparues. Elles y trouvent là, leur éternité. Quand j’ouvre un flacon, commence pour moi un doux voyage vers mes souvenirs. (…) Si je ferme les yeux, c’est parfois, le sourire d’un ami ou le doux visage d’une jeune fille rencontrée au détour d’un chemin, qui me revient en mémoire. C’est tout cela et tant d’autres choses. Oui, vraiment les parfums sont les témoins les plus tendres de nos vies passées.” (Pinaud, mémoire 1860)

L’histoire d’Edouard Pinaud commence en 1810, à Abbeville. Citée besogneuse du nord de la France. Il voit le jour au sein d’une famille d’artisans, et de commerçants.

Depuis toujours fasciné par ces silhouettes élégantes qui laissent derrière elles un subtil sillage parfumé. Il se passionne pour les parfums et décide très jeune d’en faire son métier. A 13 ans, il quitte sa famille pour devenir apprenti afin de maîtriser les techniques de la parfumerie.

En lui une passion était née. Et elle allait changer son destin.

1830

Arrivé à Paris, Edouard Pinaud rachète “A la Corbeille Fleurie”, un magasin situé au 230 rue Saint Martin, il a tout juste 20 ans et ne sait faire qu’une chose : fabriquer des parfums.

L’intelligence va remplacer l’expérience, et son surprenant génie pour la création sera son principal atout. Il paraît infatigable, les fleurs qu’il distillait dans ces alambics étaient pour lui les mots d’amour d’une poésie empreinte de tendres sentiments.

A cette époque il créa son premier chef-d’oeuvre : un bouquet à la Violette de Parme à la fois si léger et si raffiné que les vieux maîtres eux-mêmes sont ébahis par tant d’habilité.

Bientôt entouré des meilleurs ouvriers de la capitale, on trouve à la Corbeille Fleurie une variété étourdissante d’Eaux de Cologne, de bouquets fleuris enchanteurs, des eaux de toilette aux fragrances variées, des pains savonneux, des huiles, des pommades superfines…

1840

Edouard Pinaud apparaît officiellement en 1842 comme “Fabricant de Parfumeries Superfines” dans les registres du Tribunal de Commerce de Paris. Il pratique bientôt la vente en gros tant en France qu’à l’étranger et dispose d’entrepôts à Bruxelles qui alimentent ses ventes vers la Grande Bretagne.

S’inspirant de son modèle, Jean Louis Fargeon, fournisseur attitré de la Reine Marie-Antoinette, “Parfumeur du Roi et de la Cour” sous la Révolution, puis fournisseur attitré de Napoléon Ier; Edouard Pinaud ne contente pas de reproduire ou perfectionner des compositions célèbres de l’époque. Il expérimente désormais ses propres recettes et se livre à des recherches sur de nouvelles compositions.

1850

Pour répondre à la demande grandissante pour ces créations, il s’associe avec son ami Emile Meyer pour fonder une première usine de cosmétiques à la Villette et ils ouvrent deux nouveaux entrepôts pour la vente en gros à Lyon et à Londres. Ils se lancent simultanément dans la vente au détail et ouvrent quatre magasins à Paris, le succès est immédiat.

Une gazette de l’époque vante la Maison Pinaud en ces termes : “cette enseigne est tout à fait exceptionnelle par l’excellence et la supériorité de ces produits”.

Ces parfums lui valent trois médailles d’or et d’argent en 1855 à Paris, en 1862 à Londres et en 1867 à Paris.

Le 18 Aout 1855, à l’occasion de l’Exposition Universelle, la Reine Victoria vient à Paris. Edouard Pinaud souhaite attirer l’attention et il crée un parfum à son nom “Bouquet de la Reine Victoria”. Celle-ci est immédiatement charmée par le talent et l’enthousiaste du jeune créateur. Edouard Pinaud devient fournisseur officiel de Napoléon III, Empereur des Français et de sa Majesté la Reine d’Angleterre, Victoria.

1860

Après avoir remporté tous les prix internationaux et reçu tous les honneurs, Edouard Pinaud s’attèle à écrire ses mémoires “afin de transmettre son savoir-faire et son expérience pour le bien de la Parfumerie qu’il a tant aimée”.

“Je n’ai eu qu’une seule exigence dans ma vie, parvenir au sublime (..) Gardez bien cela à l’esprit et ne cherchez que dans une seule direction, celle de l’Absolue Perfection”.

Il s’éteint, épuisé par le travail et son trop grand amour de la profession, entouré des siens et de son ami Emile Meyer le 2 octobre 1868.

1870

C’est alors Emile Meyer, son plus fidèle ami et collaborateur dotée d’une intelligence redoutable, qui reprend la direction de la parfumerie. Il sait s’allier le soutien inconditionnel de tous pour mener encore plus loin la destinée de la maison Pinaud.

“Seuls, nous ne sommes rien, mais unis nous pouvons, contre vents et marées, conquérir le monde”.

Pour attirer les meilleurs ouvriers, il met en place de méthodes révolutionnaires pour l’époque : cantines, crèche, retraite, tout est avantage.

Cette politique marche puisque la société obtient sous la direction de Meyer les plus hautes récompenses aux expositions universelles de Vienne, du Chili en 1875 et de Paris en 1878.

Il ferme l’usine de la Villette pour en ouvrir une plus grande à Pantin. Les commandes explosent, les chaines de travail fonctionnent à plein régime. La société Pinaud ne cesse alors d’exporter et de multiplier son chiffre d’affaires.

1880

La société Pinaud déménage son siège dans des locaux plus grands au 37 boulevard de Strasbourg. Et c’est en 1883 que Meyer s’associe avec Victor Klotz.

A la fin du 19eme siècle, ce sera le grand prix de l’Exposition Universelle de Paris de 1889 avec sa composition Ixora sous la direction du dernier grand chef de la maison Pinaud de cette fin de siècle, Victor Klotz.

Toujours à la pointe de la recherche, la maison Edouard Pinaud invente sans cesse. Il sillonne la planète pour internationaliser toujours plus la marque et être présent dans chaque pays. A l’aide de plusieurs correspondants et hommes de confiance, il crée des produits uniques à l’effigie des personnes influentes dans tous les pays, offrant cadeaux précieux et parfums.

1890

En 1891, la maison Pinaud sort l’un de ces plus grand succès historique, FLIRT, symbole du luxe, du raffinement de la Belle époque.Parfum audacieux qui fait sensation avec son nom anglais qui lui vaudra de nombreuses imitations.

En 1897, la maison Pinaud ouvre son enseigne au 18 place Vendôme, devenu depuis le haut lieu de la Haute Joaillerie.

1900

En 1900, fidèle à sa tradition, la maison Pinaud compose son Fameux “Bouquet de l’Exposition” pour l’Exposition Universelle de Paris. Pour se distinguer Klotz décide d’organiser le musée de la Parfumerie et d’en faire l’un des fleurons de l’expodition.

La maison Pinaud, placée hors concours, est consacrée par le plus ancien Maître-Parfumeur de Paris, Piver, membre du Jury, en présence de Roget et Gallet et de Guerlain.

Victor Klotz, tout comme Edouard Pinaud et Emile Meyer, était fasciné par l’Empire du Milieu. Cette vision d’esthète chargée de beauté et de mystères, transparaît dans de nombreux flacons d’inspiration asiatique. L’envoyé de l’Empereur de Chine écrira même en 1904 quelques mots de remerciements sur le livre d’or de la maison Pinaud en caractères chinois.

A la suite de l’Exposition de Tokyo en 1904, qui tient ses promesses en tous points, la Société Edouard Pinaud est nommée ‘fournisseur officiel de la Cour Impériale du Japon”.

En 1908 Henry et George Klotz prennent la succession de leur père. En véritables pionniers de la mondialisation et profitant de l’explosion du trafic maritime, ils parviennent en moins de 10 ans, à mettre sur pied un réseau efficace d’agents commerciaux qui représentent la marque Edouard Pinaud sur les cinq continents. Ils s’implantent alors dans des lieux d’exception comme sur la 5th Avenue à New York en 1920 et Klotz installent le siège social au 120, avenue des Champs Elysées et un magasin d’exposition au 168, rue du faubourg Saint Honoré.

Mais la crise de 1929 viendra les frapper de plein fouet. Des placements hasardeux en bourse sont faits par le gestionnaire de leur immense fortune et tous les biens de la famille Klotz sont engloutis dans un énorme cataclysme financier.

1930

Un homme de génie est alors appelé pour reprendre les rênes, Roger Goldet. C’est un talentueux homme du monde, un professionnel averti. Il insuffle un ton nouveau à la maison Pinaud, et en 1936 il ouvre un nouveau magasin au 83, Faubourg Saint Honoré… Il relance la création, les expositions et l’on parle de Pinaud dans les revues de mode. Il sort une ligne entière de maquillage et de nombreux parfums des années 1930 à 1979.

En 1937, il crée le fameux mascara utilisé aujourd’hui par les femmes du monde entier, Le Mascara 612, et révolutionne pour toujours le monde du maquillage. La même année il sort le fameux parfum Scarlett.

1940

Pendant la guerre, la production n’est pas interrompue et en 1943 apparait le célèbre parfum Opéra. Roger Goldet est à l’origine de nombreuses innovations. La maison Pinaud se lance dans la fabrication de gammes complètes de produits parfumants : lotions de soins et crèmes de beauté pour la peau, ligne de cosmétiques. Il implantera des démonstratrices au sein des grands magasins afin d’améliorer la distribution de ses produits auprès de la clientèle.

1950

Roget Goldet innove une nouvelle fois en lançant des gammes de soins parfumés pour Enfants avec Les Chérubins, la maison fait figure de précurseur. A la manière d’Edouard Pinaud et Victor Klotz, Roger Goldet est un défenseur de la parfumerie française. Il est membre bienfaiteur du Musée International de Grasse où sont exposés quelques uns des plus beaux flacons de la maison.

1980 – 2000

Le fils, Olivier Goldet, reprend l’affaire de son père et la mena jusqu’à l’aube de l’an 2000. Avec lui, la marque s’adapte au monde contemporain, les lignes s’épurent pour un design résolument moderne.

L’aventure continue pour la maison Ed. Pinaud en hommage à son fondateur qui rechercha toute sa vie l’Absolue Perfection.

Les produits prennent vie à travers l’ADN de ses archives historiques conservées précieusement dans son musée parisien basé avenue Montaigne.

Parfums, parfumage d’intérieur, cosmétiques, joaillerie et enfin horlogerie sont tous un incroyable clin d’oeil à la richesse de son histoire et au génie de son créateur et de ses successeurs. Et c’est avec la même exigence que la maison Ed. Pinaud offre depuis 1830 une philosophie de la Beauté et un véritable art de vivre.